Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Miniritou

Parler du péché originel, c’est parler de l’origine du péché, et parler du Salut qui nous est offert en Jésus-Christ ! Dans ce temps de Pentecôte, on ne peut comprendre le sens de cette fête sans évoquer le sens du péché originel qui nous oblige à réviser les fondamentaux de notre foi. Le péché originel, n’est-ce pas la tentation permanente, comme inscrite dans l’être humain, qui consiste à vouloir se passer de Dieu ? Déjà dans la Genèse, le récit imagé d’Adam et Eve nous montre comment ceux-ci ont voulu agir et exister en dehors de Dieu, comme si ils pouvaient vivre et trouver la connaissance du Bien et du Mal (Genèse 2) en se dispensant de la Parole et de la Grâce de Dieu. Ne nous étonnons : un monde sans Dieu engendre un monde incertain et de plus en plus inhumain.

C’est exactement la même tentation que celles des Origines qui existe aujourd’hui : construire la paix sur des seules constructions humaines ; bâtir une vie de couple sans la présence agissante de Dieu dans le sacrement du mariage ; faire sa profession de foi sans compter sur l’Esprit de la confirmation pour rester solide dans cette foi ; pardonner sans la force que Dieu donne pour dépasser les offenses… Compter sur soi, que sur soi ! L’Homme, à lui seul, est-il capable de rien ? Non évidemment, mais est-il capable de tout ?

Réduire le péché originel à une pomme, deux bonnes poires, et les pépins qui en résultent, c’est ignorer la nature profonde de l’Homme. Notre tentation à tous, c’est bel et bien de vouloir vivre comme si Dieu n’existait pas, pire, comme si Dieu ne sous aimait pas quand il nous donne ses Commandements, promesses de Vie. Or, l’amour de Dieu est la raison de sa Loi. Et l’Esprit-Saint est cette voix intérieure qui nous invite au plus intime de notre conscience à agir dans la vraie liberté, celle qui fait de nous les enfants de Dieu. Le péché originel nous enferme dans une suffisance, l’Esprit de Pentecôte nous ouvre à une vie capable de Dieu, capable de lui ressembler pour que se construise en nous un vrai bonheur !

Le péché originel n’a pas disparu !

Commenter cet article

Lanaud 08/06/2014 11:25

Il n'empêche: Au catéchisme, on m'a appris que le péché originel était bien un péché personnel de nos premiers parents... Et la Genèse suggère que, s'ils ne l'avaient pas commis, nous serions , nous, leurs descendants, dans un état paradisiaque . Comment Dieu peut-il nous tenir responsable de la faute de nos très lointains ancêtres ? Et surtout pourquoi Dieu les a-t-il encouragés à avoir une nombreuse descendance ?

Tristan 08/06/2014 15:07

@Lanaud

Je suis prêtre et cette année j'ai eu un cours à l'Institut Catholique de Paris intitulé "Problématiques catéchétiques contemporaines". Nous avons justement vu comment était né le catéchisme, dans quel contexte et à quelle situation il répondait. Or, justement entre les vieux catéchismes et les catéchismes modernes, les manières de dire et de faire ont évolué. Aujourd'hui ce n'est plus la conviction de l'Eglise.

La théologie a beaucoup évolué, autrement dit, l'Eglise qui continue de cheminer et de toujours découvrir un peu plus le mystère de Dieu utilise d'autres mots et d'autres conceptions.

Pour être au clair avec cette question je vous invite à lire les ouvrages suivants

Jean-Michel Maldamé, Le péché originel : foi chrétienne, mythe et métaphysique, Cerf , Paris, collection Cogitatio fidei , numéro 262 , mai 2008.

Le péché originel : heurs et malheurs d'un dogme, sous la direction de Christophe Boureux, Christoph Theobald, édition Bayard, collection Concilium, janvier 2005.

Jean-Noël Bezançon, Dieu sauve, DDB, 2007. (le plus facile à lire)

Dans mon blog, je vous partagerais aussi quelques réflexions, voici l'adresse
http://au-spiritain-riant.over-blog.fr/

Paroisse + Sainte Agathe + La Réunion 08/06/2014 08:57

Très bel article
Bonne continuation

Tristan 07/06/2014 11:05

Merci pour ce bel article. Il dit en peu de mots toute la foi de l'Eglise et en même ils nous délivre des clichés que l'on entend ou qu'on lit dans les médias.